Avril 2020

3 clés pour réussir le déconfinement

Un article d’Alixio Change Management

Le confinement lié au Covid-19 aura été une parenthèse inédite, inattendue, bouleversante à maints égards. Elle a forcé toutes les entreprises, tous les salariés, agents, patrons, entrepreneurs, libéraux, à des choix difficiles. Bientôt cette parenthèse s’achèvera, même si on ne sait pas encore selon quelles modalités et à quel rythme.

Comment préparer et réussir la reprise d’activité ? 3 conseils pour agir.

Hit the road running : bâtir un plan de reprise

Chaque entreprise aura une hâte : reprendre son activité, retrouver ses clients, faire tourner les usines, engranger du chiffre d’affaires, redonner du travail à ses salariés, sécuriser les compétences – rattraper les semaines perdues si possible, rattraper l’année.

Etre dans les starting-blocks se prépare.

Quel sera le marché que nous retrouverons ? Est-ce que « l’après-guerre » sanitaire s’accompagnera d’un boom économique ? Comment l’initier, l’accompagner, en bénéficier ? Quels seront les besoins, les aspirations, les nouvelles attentes des consommateurs, des citoyens, des salariés ?

Parmi la foison de projets en cours avant la crise, quels sont ceux qui pourront reprendre ? Ceux dont on se rendra compte qu’ils ne sont pas vitaux à date ? Plus d’actualité ?

Le rythme a ralenti dans beaucoup d’entreprises. Ce temps peut être utilisé à bon escient, en mobilisant les managers pour alimenter la réflexion autour d’un plan de reprise d’activité. Les équipes de Direction doivent en profiter pour actualiser les priorités stratégiques, bâtir une feuille de route, un plan d’actions, attribuer les ressources et les compétences là où elles sont nécessaires pour prendre un départ lancé.

Réengager les équipes

On a vu beaucoup d’articles sur le management à distance. Malgré tous les efforts, les apéros à distance, les appels quotidiens, nous avons tous constaté la difficulté à maintenir l’efficacité, le sentiment d’équipe, la proximité – même avec des équipes solidaires, motivées, responsables.

Des salariés sont très sollicités, tandis que des collègues sont en activité partielle. Certains craignent pour leur santé en allant travailler, tandis que d’autres supportent difficilement la réclusion. Certains se sont adaptés sans broncher au travail à distance, déjà habitués à la relation digitale, à l’autonomie, d’autres ont vraiment « ramé ».

Beaucoup ont redécouvert le plaisir du temps pour eux, des joies simples en famille. D’autres souffrent d’isolement et piaffent. Que va-t-il se passer quand il faudra refaire 12h par jour au bureau, reprendre les transports, subir les embouteillages, l’énervement, la course du matin au soir. Dans quel état serons-nous si le confinement se prolonge d’un mois, de deux ?

Euphorie ou déprime ? Dans quel état vont revenir les salariés ? Se seront-ils posés des questions sur leurs choix de vie ? Comment reprendre, à quel rythme, alors que la perte d’activité va encourager à repartir à fond ? Quelle proposition faire aux salariés et sur quelles bases repartir ensemble ? Comment resouder un collectif qui ne s’est pas vu depuis un moment et qui n’a pas eu la même expérience du confinement ?

Cela aussi fait partie du plan de reprise. L’entreprise, son projet, le sens du travail, et la qualité managériale font partie du New Deal post-crise.

Réussir la sortie de crise

L’une des règles d’or de la gestion de crise, c’est de réussir la sortie. On a toujours un peu tendance à l’oublier, tant l’impatience est grande de laisser la crise derrière nous et de passer à autre chose. Aujourd’hui, tous les acteurs et observateurs le répètent sur tous les tons : il faudra tirer des enseignements !

C’est vrai aussi pour l’entreprise. On ne peut pas vivre un tel épisode, et repartir comme avant. Cette phase a pour le moins mis à l’épreuve la robustesse des entreprises, de leurs processus, de leur trésorerie, de leurs liens avec les clients et les fournisseurs, de la solidarité des équipes, de l’agilité des modes de travail, etc.

Sans tout remettre en question, il est bon de prendre un temps pour réfléchir à ce qui a changé, mais aussi à ce qui doit changer. Parce qu’une crise peut aussi être une opportunité, ne serait-ce que pour réunir ses salariés, les ré-engager autour du « jour d’après », et adapter le plan de reprise en conséquence.

Comment faire ?

Trois exemples en cours chez nos clients :
– Revisiter le plan stratégique et les priorités en termes de projets, les mettre en phase avec la réflexion menée sur la Raison d’Etre, et en faire approprier le sens et le contenu aux collaborateurs.
– Identifier les opportunités de conduire des travaux de fond toujours repoussés pour cause d’urgences opérationnelles et commerciales ; créer des équipes pour traiter les sujets de transformation en matière d’allègement des processus, de coopération et de comportements et pratiques professionnelles.
– Identifier avec les managers les impacts positifs et négatifs de la crise actuelle et du confinement : sur les collaborateurs, les clients, les partenaires et les parties prenantes ; travailler à un plan de reprise priorisé et répartir les rôles pour préparer le retour à l’activité.

Un travail de qualité en perspective, une opportunité pour se remobiliser au service de l’intérêt commun. Quand s’y mettre ? Dès à présent, quitte à ajuster les actions et priorités au fil des évènements. Avec quels outils ? Suivez les posts d’Alixio Change pour le savoir. En ligne dès mardi 14/04…